Debrà Libanòs

D
Luciano Maroccu

Debrà Libanòs

Italie (2002) – La Fosse aux Ours (2010)


Traduction de Marc Porcu

La mort non élucidée d'un des leurs, entraine deux membres de la Police politique du régime fasciste à Addis-Abeba, peu de temps après la répression féroce menée par le vice-roi Graziani contre la résistance indigène.

Ce très court roman de l'historien Luciano Marrocu est surtout le prétexte pour revenir sur le passé colonial de l'Italie qui, comme le nôtre en Algérie, semble avoir été effacé des mémoires pour tout ce qu'il avait de sale et de dégradant. L'Italie fasciste s'est rendue coupable là-bas de massacres à grande échelle et de violations répétées des conventions de Genève, face à une résistance inattendue et volontaire de la population éthiopienne.

Si Marrocu n'évoque pas l'emploi du gaz moutarde et les camps de concentration, il fait quelques allusions aux massacres de février 1937 qui suivirent l'attentat raté contre Graziani (qui feront des milliers de morts innocents et vaudront au vice-roi le surnom de Boucher de l'Éthiopie). L'auteur focalise surtout son attention sur le massacre tout aussi gratuit du monastère copte de Debrà Libanòs en mai 1937, qui montrait bien l'incapacité du colonisateur face à cette résistance obstinée.

L'enquête policière parait médiocre parce qu'elle est pratiquement absente, n'ayant d'utilité que pour tracer le portrait rapide de ces colons et de leurs rapports avec l'indigène, d'une certaine forme d'esclavage méprisant à une moderne compréhension. Mais peut-être ce format était-il le seul moyen pour Luciano Marrocu d'aborder ce sujet épineux dans son pays [1] ?

Chroniqué par Philippe Cottet le 05/12/2010



Notes :

[1] L'histoire dit que la RAI racheta tous les droits d'un documentaire sur les crimes fascistes en Éthiopie, réalisé en 1989 par Ken Kirby pour la BBC, afin que celui-ci ne soit plus jamais diffusé.