Noël sanglant

N
Kjetil Try

Noël sanglant

Norvège (2008) – Gallimard Série Noire (2010)


Traduction d'Alex Fouillet

Oslo. Un Noël hanté par un autre tueur en série encore plus particulièrement tordu que le précédent. La police enquête puisqu'elle est payée pour cela.

Noël sanglant est le prototype même du roman totalement inutile, parce que mille fois écrit sur tous les continents polardiers. Remplacez Oslo par n'importe quel patelin, Noël par la saison la plus adaptée au lieu choisi, le tueur en série par son frère de couveuse. Il sera pourvu d'une ingéniosité à faire le mal de façon – si possible inédite – la plus trash possible et aux fins de se venger d'une mère abusive, d'une petite fille qui s'est moquée de la taille de son pénis dans la cour de la maternelle, d'un prêtre pédophile trop proche des enfants, etc. Dotez-le comme ici d'un rapport direct avec Dieu, c'est cool ça coco, ou de tendances satanistes si vous n'envisagez pas de suite (les sectes sataniques, les pédophiles, les industriels pollueurs, les anciens ou nouveaux nazis sont des sujets que votre personnage récurrent se devra d'aborder).

Côté policiers, votre héros sera fatigué, déprimé, insomniaque, au bout du rouleau ou malade, avec un penchant parfois marqué pour l'alcool. Il sera bien sûr toujours opposé à sa hiérarchie, qui supportera ses sautes d'humeur uniquement parce qu'il s'agit d'un vrai grand flic indispensable. Un adjoint plutôt bon vivant/optimiste et une jeune fliquette, efficace, décomplexée et un peu frondeuse, incarnation de Lafâme moderne, pourront compléter efficacement votre équipe (si vous êtes économe, la fliquette pourra jouer le rôle de l'adjointe bonne vivante. L'option “avec un lourd secret...” est envisageable).

Noël sanglant, dont on sent qu'il n'est que le premier tome d'une série, est tout cela, de façon terne, lente, stéréotypée, afin sans doute de ne pas perdre le lecteur au détour d'un bâillement. Kjetill Try nous explique d'ailleurs bien tout à la fin, au cas où il se trouverait des ralentis du bulbe dans son lectorat.

Roman à la saveur industrielle estampillé scandinave, puisque cela est vendeur, Noël sanglant est au thriller ce que le saumon d'élevage est à la gastronomie : une faute de goût, accessible à tous.

Chroniqué par Philippe Cottet le 26/01/2011



Illustration de cette page : Crèche

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Stabat Mater et Salve Regina de Giovanni Pergolesi (Röschmann, Daniels, Biondi - Virgin 2006)