La Peur elle-même

L
Laura Sadowski

La Peur elle-même

France (2010) – Odile Jacob (2010)


Lâchée par son fiancé, Ariane emménage dans un nouvel appartement, qui semble exercer sur elle une mystérieuse influence. L'immeuble lui-même, et ses propres voisins, participent de cette étrangeté.

Grosse nouvelle ou court roman d'angoisse, La Peur elle-même flirte assez efficacement avec un fantastique urbain ordinaire pour construire l'étrangeté dans laquelle va évoluer son héroïne. Cela est suffisant pour perdre, tant la jeune Ariane Russel (encore une fille de bonne famille, étudiante en médecine) que le lecteur, qui ne savent s'ils se trouvent dans un remake de Shutter Island de Denis Lehane ou une variante de Rosemary's baby d'Ira Levin.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans une nouvelle de Cortázar, qui pouvait laisser filer le fantastique dans la réalité sans que cela soit d'importance, mais dans un thriller et il faut donc, à un moment donné, dénouer l'intrigue. Même si Sadowski a l'intelligence de retarder cet instant, la solution qu'elle propose aux mystéres de ce curieux immeuble parisien est plutôt boîteuse et décevante, ruinant en tout cas – à mon sens – ses efforts initiaux. Et, par la même occasion, le temps – heureusement court – passé sur La Peur elle-même. Dommage.

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/06/2010



Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Remain in light des Talkings Heads (1980)