Le cul des anges

L
Benjamin Legrand

Le cul des anges

France (2010) – Seuil (2010)


Règlements de comptes dans la nuit cannoise.

Le cul des anges est une chanson, le nom du groupe qui l'interprète et la couleur de l'arrière-plan criminel de ce roman de Benjamin Legrand. La pédopornographie violente, sadique et meurtrière est, en effet, le fond de commerce de trois hommes, un Belge, un Français et un Amerlocain, désormais prêts à dissoudre leur association, pas forcément sur un mode égalitaire. Ceci explique que chacun a pris un peu d'avance pour que cette dissolution se fasse à son plus grand bénéfice.

A l'exception du groupe de jeunes musiciens qui, la tête dans les étoiles de cette nuit cannoise, rêve d'amour et de gloire, les très nombreux personnages de cette saga ont tous des arrières-pensées plutôt délictueuses ou criminelles. Avant de leur conférer une trajectoire centripète et de les mettre en action, Benjamin Legrand les fait se croiser dans quelques lieux. Assis à la table d'une terrasse cannoise, nous aurions pu tous les voir passer, la fille au chien, le vieillard souffreteux, le manager ambitieux, le hitman russe, sans nous douter de l'enchaînement cocasse et violent des événements de la nuit à venir.

C'est sur ce double mode de l'effroi et de la drôlerie que Legrand compose son Cul des anges, réussissant à nous parler d'un sujet grave et éprouvant (l'exploitation sexuelle et le meurtre d'enfants) sous le couvert de coups de foudre, d'amour, d'amitiés et de fidélités. Les mauvais coucheurs trouveront trop précise — voire gratuite – la mécanique du roman, mais c'est un luxe que le lecteur de noir peut de temps en temps se permettre...

Chroniqué par Philippe Cottet le 02/09/2010



Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Purple Rain de Prince (1984)