Liberté sous condition

L
Jim Thompson

Liberté sous condition

États-Unis (1953) – Rivages (1986)

Titre original : Recoil

Grâce à Doc Luther qui se porte garant pour lui, Patrick Cosgrove échappe à l'enfer de la prison de Sandtstone et obtient une inespérée liberté conditionnelle. Mais le monde dans lequel il plonge alors recèle autant de dangers et de folie que le sinistre établissement pénitentiaire.

Liberté sous condition est le roman inaugural de la désormais très célèbre collection Rivages/noir. Grâce à François Guérif, la partie de l'œuvre de Jim Thompson qui n'avait pas trouvé preneur chez son éditeur initial allait enfin être publiée, nous permettant de découvrir l'un des romanciers étatsuniens les plus intéressants de la deuxième moitié du XXème siècle et, sans doute, le dernier grand auteur de roman noir.

capitole d'oklahoma cityLiberté sous condition est un livre d'une densité extrême puisque l'on y trouve pratiquement tous les grands thèmes du genre. Du peu que l'on sait de son histoire initiale, Pat Cosgrove est un innocent qui avait toutes les apparences d'un coupable et qui fut ainsi condamné.

Le monde dans lequel on le libère est totalement corrompu et il est très vite manipulé, autant par Doc que par les adversaires de celui-ci. Thompson nous glisse perfidement en début de roman une allusion à des contrats d'assurance-vie et donc une escroquerie possible qui font délicieusement penser à certains romans courts de James M. Cain. D'autant que la femme de Doc – plus jeune que lui et d'évidence malheureuse – joue un rôle ambigu de femme fatale, trop facile avec les hommes et laissant penser qu'elle aimerait peut-être se débarrasser de son époux.

Ajoutez un coup de foudre et son corolaire immédiat, une histoire d'amour contrarié, un détective véreux adepte du chantage et vous obtenez autant de pistes et d'enjeux que de personnages qui tous, pourtant, convergent vers le malheureux libéré sur parole. A chaque page, Cosgrove risque le faux-pas mais il sait toutefois qu'il n'aura pas d'autre chance et que la moindre erreur le condamnera à réintégrer, pour toujours, la prison de Sandstone. Comment faire alors pour être un criminel honnête [1] et gagner enfin sa place au soleil ? C'est tout l'enjeu de ce Liberté sous condition qui fait partie des rares romans optimistes de Jim Thompson.

Chroniqué par Philippe Cottet le 14/06/2009



Notes :

[1] La même année que la publication de ce Liberté sous condition, André de Thot mettait en scène Crime wave, un intéressant film noir dans lequel un ancien condamné en liberté conditionnelle, et dont l'unique souhait était de rester honnête, était contraint de participer à un hold-up.

Illustration de cette page : Le Capitole d'Oklahoma City

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Field Mass de de Bohuslav Martinů, Václav Zitek et le Philarmonique Tchèque sous la baguette de Sir Charles Mackerras. Une galette Supraphon de 1997