Le criminel

L
Jim Thompson

Le criminel

États-Unis (1953) – Rivages (1993)

Titre original : The Criminal
Traduction de Jean-Paul Gratias

Josie Eddleman, une adolescente à la réputation d'allumeuse, est retrouvée morte. Parce que le jeune Bob Talbert avait couché avec elle quelques heures avant le meurtre, il est interrogé par la police et les services du DA Clinton. Bientôt la communauté toute entière va le désigner comme coupable.

Jim Thompson Le criminel (1953)Pour nous conter cette histoire du seul contre tous où la médiocrité humaine qu'il aime tant traquer va se révéler, Jim Thompson change de narrateur à pratiquement chaque chapitre, montrant ainsi comment se propage de proche en proche l'idée si commode de la culpabilité du jeune Talbert.

Ouvrant le bal, Allen Talbert – comptable minable, coincé entre un patron roublard et une épouse, Martha, à la limite de la débilité – est tout à fait typique de l'univers thompsonien. Les parents du criminel présumé et ceux de la jeune victime, totalement dépassés par ce qui leur arrive, seront les seuls à n'avoir aucune lucidité dans cette affaire.

Tous les autres protagonistes mesurent tout à fait ce que coûte (et va leur rapporter) la transformation de l'adolescent en un moderne φαρμακος, réceptacle des haines, jalousies, envies, petitesses du voisinage mais aussi outil des ambitions, de la volonté de puissance des uns et des autres. Car ce qui est en jeu ici, c'est la guerre économique (le Star contre les autres journaux), la compétition interne (les relations de pouvoir à l'intérieur du journal), les ambitions personnelles (le siège à la Cour fédérale pour le DA Clinton, le souci de gagner cette affaire pour Kossmeyer, y compris en corrompant les témoignages), la survie (la famille de Noirs), le ressentiment (l'enseignante) ou la misérable amélioration de l'ordinaire (le journaliste et son photographe).

Personne ne cherche la vérité et la justice, personne ne se soucie de l'adolescent et encore moins de l'adolescente assassinée, rapidement stigmatisée pour son comportement sexuel trop libre. Tous ici se servent cyniquement sur la bête, à hauteur des enjeux de leurs vies, qui va du dollar de pourboire laissé au serveur chinois jusqu'au licenciement du rédacteur en chef du Star. Le retournement de la presse (et donc de l'opinion) demandé au final par le magnat invisible fera que l'innocence du garçon sera aussi facilement et absurdement défendue que le fut sa culpabilité précédente. Il y a fort à parier qu'ainsi, jamais ne sera découvert l'assassin de Josie Eddleman... surtout s'il s'agit de Bobby Talbert, car cela reste tout à fait possible.

Avec Hallali quatre ans plus tard, Le Criminel est le chef d'œuvre dostoïevskien de Thompson.

Chroniqué par Philippe Cottet le 16/06/2007



Illustration de cette page : Chaise électrique