Du sable dans les godasses

D
Juan Sasturain

Du sable dans les godasses

Argentine (1989) – Gallimard Série Noire (1995)


Traduction d'Alexandra Carrasco

Un mois après les événements narrés dans Manuel des perdants, Etchenaïk est engagé par un nommé Silguero pour une mission de surveillance à Playa Bonita, une station balnéaire délaissée au sud de Mar del Plata. Il y fait la rencontre d'Algañaraz, jeune journaliste de la Nación venu faire un reportage sur le vénérable et laissé à l'abandon Hôtel Atlantic. Puis celle de Mojaritta Gómez, un minuscule sportif qui va tenter de battre un record étrange de marathon aquatique. Sa compagne – à la cuisse plutôt légère –, plusieurs hommes à la mine patibulaire et quelques passages à tabac font penser à l'enquêteur portègne que l'affaire est beaucoup plus compliquée.

Supprimez le côté don quichottesque des débuts d'Etchenaïk, éloignez-le pour une semaine des effluves fous et violents de Buenos Aires et vous obtenez Du sable dans les godasses.

tango Etchenaïk sasturainEtchenaïk joue toujours au détective privé de roman, dans une histoire dure et brutale qui se révéle souvent cocasse. Il le fait sans illusion, sachant n'être par instant qu'un vieux bonhomme plutôt repoussant, qui se baigne en slip dans l'Océan ou qui se transforme en voyeur insistant et coupable des ébats érotiques d'une boiteuse. Mais il continue aussi à être le teigneux, celui qui ne lâche rien malgré les coups reçus.

Dans le désert de sable et de vent de Playa Bonita, dans les futures ruines de ces résidences inoccupées, les motifs du roman, très semblables à ceux de Manuel des perdants, rendent toutefois beaucoup plus évidente la méchanceté des hommes. Propriétaires terriens ou trafiquants de drogue déguisés en honnêtes commerçants, tous ne jurent que par la violence – passages à tabac ou meurtres – et les arrangements avec le personnel militaire et policier au pouvoir pour faire progresser leurs petites affaires.

Dans cette nouvelle et complexe histoire de vengeance, mâtinée de magouilles économico-politiques et de trafics, on entrevoit souvent la défaite du Vieux. Toutefois, Etchenaïk a appris de ses aventures passées et, dans Du sable dans les godasses, il n'est plus un perdant. Il sait désormais anticiper, cacher son jeu et faire en sorte que de la cruauté de ce monde advienne autre chose que le triomphe des puissants. Même si le prix à payer pour cela l'oblige à ne plus respecter grand-chose de la loi et laisse place à sa morale et son propre sens de la justice, expéditif et mortel. Une saveur coupable...

Chroniqué par Philippe Cottet le 02/11/2009



Illustrations de cette page : Danseurs de tango

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Narcotango de Carlos Libedinsky (Union de musicos independietes - 2003)