1977

1
David Peace

1977

Royaume-Uni (2000) – Rivages (2005)

Titre original : 1977

Le cadavre d'une prostituée affreusement mutilé vient d'être découvert sur un terrain de sports. La barbarie et les circonstances du crime semblent le rattacher à d'autres. Pendant que la brigade criminelle dans laquelle officie le sergent Fraser tente de faire le lien entre ces affaires, le journaliste Jack Whitehead interroge des victimes d'agressions semblables ayant miraculeusement survécu.

Durant six années, l'homme que les média surnommèrent rapidement l'Éventreur du Yorkshire, agressa en toute impunité plus de vingt femmes, tuant treize d'entre-elles, dans des conditions de sauvagerie tout à fait épouvantables. Cela se passait à quelques kilomètres de l'endroit où grandit le jeune David Peace. L'adolescent accumula ainsi informations, impressions et fantasmes, tant sur le criminel que sur l'impuissance de la police - qui avait engagé des moyens colossaux mais mal employés ou inadaptés - dans cette course mortelle.

Si le parcours sanglant de l'Éventreur sert de toile de fond à 1977, le criminel en lui-même n'intéresse guère Peace. Prolongeant 1974, l'auteur préfère livrer un instantané d'une société qui – via le jubilé royal –, célèbre l'illusion d'une Angleterre éternelle alors que d'horribles meurtres sont commis, dans ce triangle Leeds-Manchester-Bradford, autrefois richissime cœur de l'Empire, désormais friche industrielle et miséreuse.

david peace Red Riding Quartet : 1977

Dans 1977, David Peace entend surtout montrer l'effet de ces meurtres sur des individus et des liens sociaux déjà décomposés par la dureté de la vie. L'histoire et les cent livres futurs qui traiteront du cas de l'Éventreur ne retiendront de ces femmes que leur marginalité, leur déclassement, leur alcoolisme ou leur toxicomanie, le nombre de coups que leur porta Peter Sutcliffe et l'endroit où elles furent retrouvées, parce qu'ils seront justement des livres sur l'Éventreur, fascinés par le mal absolu qu'il peut représenter. David Peace, lui, s'attache à montrer que ces femmes sont des êtres de chair et de sang, capables d'aimer, d'éprouver de l'espoir, de la tendresse, de la honte. Quelque part quelqu'un pleurera leur perte, ne pourra plus vivre dans leur absence - ici Fraser pulvérisant ce qui reste de sa vie après l'assassinat de Janice - ou ne pourra trouver la force d'aller au delà des préjugés et du mal accumulé - comme Jack Whitehead et l'amour impossible de Ka Su Peng, courageuse et lucide survivante.

Le meurtre met tout à nu, avec violence. Les secrets, les non-dits, la gangrène morale : rien, ni personne n'est épargné, et en premier lieu la police, même si l'histoire dévoilée ici continue de s'abriter derrière les meurtres de l'Éventreur et le discours halluciné des protagonistes. En entrecroisant les narrations du flic Fraser et du journaliste Whitehead, Peace ne nous engloutit pas immédiatement et inéluctablement dans l'épais désespoir et/ou la mort qui attendent ses héros. Leur déchéance - leur délivrance ? - réserve pour certains quelques moments de répit, voire de bonheur, loin des ténèbres de 1974.

Mélange de réel désarticulé et d'éléments fictionnels, au style toujours aussi abrupt, 1977 est déchiqueté entre pensées, hallucinations, souvenirs incompréhensibles. Comme dans le roman inaugural, certains pans de l'histoire ne seront pas achevés tandis que de minces et énigmatiques liens seront tissés avec les précédentes affaires.

Voir également la chronique que je consacre à The Red Riding Trilogy, trois téléfilms de 2009 adaptés du Quartet de David Peace.

Chroniqué par Philippe Cottet le 16/02/2007



Illustration de cette page : Les victimes de l'Éventreur

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Pas de changement : Klaviertrio n°2 Es-dur de Franz Schubert, cette fois-ci dans la version Istomin, Rose et Stern de 1969 (disque CBS de 1970)