Cyanure

C
Camilla Läckberg

Cyanure

Suède (2007) – Actes Sud (2011)

Titre original : .
Traduction de Lena Grumbach

Une île soudain coupée du continent par la tempête. Une richissime famille qui se déteste cordialement, dans laquelle s'immisce un policier mal à l'aise. Après avoir informé sa descendance qu'elle ne toucherait pas une couronne de son fabuleux héritage, le patriarche meurt, empoisonné au cyanure. Le jeune et inexpérimenté policier Martin Molin tente de découvrir la vérité.

À la faveur d'un présent – un ereader dont je ne suis pas encore certain d'apprécier pleinement la pertinence – je me suis retrouvé à lire Cyanure, ouvrage heureusement court de Camilla Läckberg.

La communauté désunie isolée sur une île dans un huis clos forcé est un classique de la littérature de mystère. Elle n'a vraiment d'intérêt que lorsqu'elle offre au romancier la possibilité de brosser les croustillants portraits de haines qui se dévoilent sous la pression des événements et les jeux de pistes complexes, les suspicions, les trahisons qu'entraine la recherche de la vérité.

Malheureusement, la plume de Camilla Läckberg est d'une réelle indigence dans les situations comme dans les dialogues. Entassant, en les survolant, clichés sur stéréotypes – le milliardaire qui s'est fait tout seul, la famille avide avec des secrets dedans, les jalousies fraternelles, les mères admirables – elle virevolte sans trop y croire de personnage en personnage, mais cela ne fait pas le rythme d'un livre. Le coup de théâtre relatif de la naissance de Miranda, digne d'un soap ridicule, est l'étincelle qui fait déborder le vase de l'ennui.

De mémoire, L'île des morts et Le phare, huis clos insulaires tous les deux de P.D. James, étaient autrement plus savoureux que cet insipide Cyanure, construit pour le seul twist de fin. Bonne nouvelle, le ereader fonctionne plutôt bien.

Chroniqué par Philippe Cottet le 11/12/2011



Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Honky Chateau d'Elton John (1972 - Mobile Fidelity Sound Lab)