Terminus Hollywood

T
Helen Knode

Terminus Hollywood

États-Unis (2003) – Rivages (2004)


Traduction de Mathilde Martin

Ann Whitehead, critique cinéma au libéral Millenium n'aime plus son métier, d'autant que son patron, Barry, lui demande désormais des chroniques plus consensuelles à l'égard du système. Ann ayant découvert le cadavre d'une jeune scénariste qui se proposait de mettre le feu à Hollywood avec une histoire dans la lignée de Thelma et Louise, pense tenir là l'occasion d'en finir avec sa rubrique cinéma. Détournant des preuves, elle s'impose dans l'enquête dirigée par l'impénétrable Doug Lockwood, un flic auparavant trainé dans la boue par le Millenium et part à la recherche du scénario perdu.

L'histoire narrée dans Terminus Hollywood possède un goût trompeur de roman d'aventures mâtiné d'une romance entre une journaliste intrépide et un détective au départ honni.

ida lupinoSon thème principal – le meurtre de Greta Stenholm et la chasse au scénario disparu – permet à Helen Knode de proposer, en arrière-plan, une critique de l'actuel Hollywood.Celui-ci ressemble plutôt à l'ancien, un endroit que l'Art aurait déserté pour ne plus être qu'une machine à cash, dévoré par le marketing et le star system.

Jalousie, vol, intimidations, coups bas... Le Hollywood d'Ann Whitehead n'a rien à envier à celui de Jack Vincennes [1], cinquante plus tôt. Corruption, chantage et partouzes, magnats omnipotents et filles perdues dans un Los Angeles aux services de police toujours aussi douteux, il n'y a rien de bien nouveau sous ce soleil. Au moins existait-il alors des producteurs de talent, des réalisateurs et des scénaristes ambitieux qui faisaient sortir de vrais beaux films de la machine à rêves.

Terminus Hollywood nous fait partager en partie cette nostalgie du cinéma d'antan, en arrière-plan d'un écheveau de plusieurs histoires à multiples intervenants parfois compliquées à suivre. L'auteur instille dans l'aventure, petit à petit, une noirceur liée à la personnalité finalement complexe de la journaliste. Doug avait parfaitement vu que les secrets de famille de Ann Whitehead dissimulaient une profonde et surprenante violence sans savoir qu'à vouloir l'en prémunir, il la conduirait peut-être à sa perte.

Helen Knode achève son Terminus Hollywood sur un climax qui ne rachète pas les nombreuses longueurs et lourdeurs intermédiaires. Dispensable.

Chroniqué par Philippe Cottet le 30/06/2009



Notes :

[1] L'un des héros du L.A. confidential de James Ellroy.

Illustration de cette page : Ida Lupino

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Le Retour de Beau Dommage (1994)