Jaune Camion

J
Michel Imbert

Jaune Camion

France (2004) – L'Aube (2004)


Un banal vol de camion venu devant sa juridiction met la puce à l'oreille de Li Jianjia, juge dans un tribunal populaire de Pékin. En compagnie de son meilleur ami, le sous-chef à la Sécurité Publique Peng, le juge Li va se trouver plongé au coeur d'un vaste système de trafic et de corruption en tout genre, auxquels semblent s'intéresser un très haut fonctionnaire.

Entre sa sortie en 2004 et son édition en poche en 2006, Jaune camion changea d'auteur, Michel Imbert devenant l'humble traducteur d'un certain Mi Jianxiu, dont « l'activité principale consiste à observer mœurs et coutumes de ses concitoyens ». Je ne sais si ce changement fut décidé pour des raisons marketing mais ce qui n'était qu'un pastiche – plutôt bon au demeurant – put soudain être considéré par certains comme un témoignage vivant sur la Chine, « bien mieux que dans un grand reportage » soulignait même une critique célèbre citée sur la quatrième de couverture de Rouge Karma, la seconde aventure du juge Li.

michel imbert jaune camionCela n'enlève rien aux qualités du livre de Michel Imbert qui est plutôt crédible dans sa description de la Chine denguiste. Amoureux du pays, sûrement, connaisseur de ses formes littéraires et de son histoire, sans doute, Imbert écrit et décrit une Chine du petit peuple confrontée à sa simple survie alors que l'héritage maoïste se dissout dans le lancement des Quatre modernisations voulues par Zhou et relayées par Deng.

Nouvelle époque trouble et difficile, pour les petits et pour les grands. Ici, tous les comptes ne sont pas soldés entre factions rivales, deux camarades du premier cercle règlent une profonde inimitié née quelques décennies plus tôt... Dans les rues populeuses d'une capitale que l'on sent prête à rattraper le temps perdu au mépris des valeurs socialistes ou simplement humaines, certains, comme le juge Li, veulent quand même connaître la vraie couleur du chat...

La langue d'Imbert est imagée, drôle et il met en scène des personnages sympathiques et humbles dont j'ai pris plaisir à suivre les aventures. C'est déjà beaucoup.

Chroniqué par Philippe Cottet le 06/10/2006



Illustration de cette page : Le "chat" révisionniste Deng terrassé par la vigilance du peuple (affiche de propagande durant la Grande Révolution Prolétarienne).

Musique écoutée pendant l'élaboration de cette note : Compositions pour instruments à vent et piano de Bohuslav Martinu, 1995.