La danse de la mort

L
Veit Heinichen

La danse de la mort

Allemagne (2007) – Seuil (2010)

Titre original : Totentanz
Traduction d'Alain Huriot

Alors que Laura, la belle juge d'instruction slovène qu'il a pris pour maîtresse depuis quatre ans, lui signifie leur rupture, le commissaire Laurenti doit faire face à une recrudescence des activités mafieuses dans sa ville. Cela commence par un banal couple de concierges pratiquant l'espionnage industriel pour le compte d'une diplomate plutôt spéciale...

Proteo Laurenti est de ces flics jouisseurs, chair et chair, qui apprécie autant une escapade culturelle en compagnie de sa jeune maîtresse slovène qu'un succulent dîner dans un restaurant de la vieille cité avec une épouse qu'il adore. Trieste est multiple, riche de ses histoires, de ses groupes culturels et religieux, foisonnante parce que depuis longtemps frontière, charnière entre des mondes opposés. Dans La Danse de la mort, sur les décombres de la Fédération yougoslave, ont prospéré des pratiques criminelles qui viennent gangréner, ou simplement ressourcer, cette indolente ville carrefour.

trieste funiculairePeut-être n'est-ce qu'un changement d'échelle : espionnage industriel, trafic de produits toxiques et armes de guerre sont beaucoup plus rentables, plus en adéquation avec le statut d'entrepreneurs de tous ces criminels ou le statut criminel de tous ces entrepreneurs. Désormais contrôlées par Anton Drakic, l'ennemi juré de Laurenti, les activités mafieuses transfrontalières s'abritent derrière une irréprochable façade diplomatique tenue par sa sœur Tatjana et le papier à en-tête de respectables maisons de négoce.

C'est aux policiers qu'incombent d'utiliser artifices, dissimulations et fausses identités pour tenter de les piéger. La petite bande dépareillée que Veit Heinichen réunit autour de son commissaire – entre sa jeune inspectrice haute comme trois pommes et son ancien légiste géant autoritaire et octogénaire – fait ramassis d'amateurs face aux chiens de guerre de Drakic. Amusants et improbables, jouant de la ville de Trieste comme d'une alliée, ces justiciers vengeurs tireront leur épingle du jeu dans un final enlevé. Bien fait et sans prétention.

Chroniqué par Philippe Cottet le 06/09/2010



Illustration de cette page : Funiculaire de Trieste