Les chiens de Riga

L
Henning Mankell

Les chiens de Riga

Suède (1992) – Seuil (2003)

Titre original : Hundarna i Riga
Traduction d'Anna Gibson

Une embarcation macabre aborde les plages d'Ystad. A son bord, le cadavre de deux inconnus assez vite identifiés comme des Lettons liés à la mafia russe. Un enquêteur de Riga débarque à Ystad. Wallander a juste le temps de se lier d'amitié avec lui avant qu'il ne reparte en Lettonie et s'y fasse assassiner. C'est au tour de Wallander de traverser la Baltique pour aider l'enquête de la police lettone.

Mankell Wallander Les chiens de Riga

Je pense que Meurtriers sans visage avait été conçu sans tenir compte d'une éventuelle postérité ; il était un univers fini et suffisant, dans lequel pas mal de vaisseaux avaient été brûlés.

Pour cette suite, Mankell décide de balader son inspecteur vers d'autres rivages, pour lui donner peut-être une dimension d'observateur des grands problèmes du monde (ce que confirme le thème des romans 2, 3 et 4). Les Pays baltes, qui venaient juste d'accéder à leur indépendance, pouvaient être un sujet intéressant pour le public suédois, à la fois proches et suffisamment dépaysants.

Malheureusement pour le lecteur français – qui prend connaissance du bouquin plus de dix ans après les évènements –, tout ceci est daté et superficiel. L'intrigue politico-policière n'est pas très intéressante, pas suffisante en tous les cas pour supporter la description des longs états d'âme dépressifs de Wallander. Le thème de l'homme seul dans un environnement qui lui est étranger n'est pas particulièrement bien traité. L'histoire d'amour semble totalement improbable (mais peut-être est-ce le lot de toute histoire d'amour ?).

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2006



Illustration de cette page : Le monument de la Liberté à Riga