Service funèbre

S
Colin Dexter

Service funèbre

Royaume-Uni (1979) – 10/18 (1998)

Titre original : Service of All the Dead
Traduction d'Élisabeth Luc

L'église de St Frideswide abrite de drôles de paroissiens ! L'organiste couche avec la femme du marguillier pendant que ce dernier vole l'argent de la quête et semble vivre une aventure discrète avec la femme s'occupant du ménage de l'église. Des rumeurs de pédophilie court sur le compte du pasteur qui accueille d'étranges créatures dans son presbytère...

Rentrant d'une mission à l'étranger et devant faire face à quinze mornes jours de congés, Morse tombe sur d'étranges affaires concernant nos paroissiens : le marguillier est mort poignardé à la fin de l'office alors qu'il avait suffisamment de morphine dans le corps pour l'envoyer ad patres. Quant au pasteur, il est tombé du haut de son clocher un mois plus tard. C'est suffisant pour occuper les vacances de Morse. Encore faut-il qu'il réussisse à débaucher son sergent préféré. Celui-ci est ravi de faire à nouveau équipe avec l'inspecteur-chef sauf que leurs premiers pas les mènent vers un troisième cadavre dans l'église et qu'il n'est pas certain que celui-ci soit le dernier !

Service funèbre est un roman bien plus noir, bien plus dur que les autres, sans doute parce que les sarcasmes habituels de Morse, du fait du lieu et de la nature des crimes, sont moins de mise. Pour le premier cadavre, il y a trop de mobiles et trop de suspects. Au cinquième cadavre, s'il existe encore un suspect, Morse se demande bien où il va le trouver. Quant au mobile ! Aussi décide-t-il de forcer le destin en tendant un piège, sans songer un seul instant que la liste des victimes n'est peut-être pas close... Les colères et les abattements de Morse deviennent de plus en plus intenses et fréquents, Lewis doutant même de l'intérêt de travailler avec un être aussi méchant et ingrat.

Le bonheur des dernières lignes n'efface pas la dureté des crimes commis et le vertige devant la folie meurtrière qui rôde.

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2006



Illustration de cette page : L'église St Giles