Le dernier bus pour Woodstock

L
Colin Dexter

Le dernier bus pour Woodstock

Royaume-Uni (1975) – 10/18 (????)


Une jeune femme est retrouvée violée et assassinée dans le parking du Black Prince par l'homme avec qui elle avait rendez-vous. Un témoin ayant aperçu la victime accompagnée d'une autre femme, le soir du meurtre, apporte les premiers éléments concrets.

Lewis va bientôt comprendre qui est l'inspecteur-principal Morse : mépris des règles élémentaires du travail de police, pistes ne reposant que sur des intuitions ou de curieuses déductions logiques, sans compter les pintes avalées dans chaque pub croisé ! Bientôt, les deux hommes disposeront de deux morts supplémentaires et d'autant d'aveux loin de les satisfaire...

Tout n'est pas fixé dans ce premier roman mais l'essentiel de la personnalité des deux protagonistes principaux est là. Par la suite, Dexter accentuera le côté soupe-au-lait et radin de Morse (peut-être pour permettre la bonification, avec le temps, de sa relation avec Lewis). A noter qu'ici, le sergent est présenté comme étant légèrement plus âgé que Morse alors qu'il sera plus jeune de quelques années dans les épisodes suivants [1].

Le plus intéressant dans ce Dernier bus pour Woodstock est de voir détaillée, pour la première fois, la stupéfiante logique déductive de Morse dont lui-même à bien du mal à être convaincu de la pertinence (la recherche de la voiture rouge, que Colin Dexter met en scène comme un tour de magie). On comprend ainsi très vite la répartition des rôles entre le sergent et l'inspecteur principal. L'énigme quant à elle est vicieuse à souhait : mensonges, trahisons, faux aveux...

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2006



Note :

[1] La série télévisée à succès de la BBC, tirée de l'œuvre de Dexter, fera du sergent un simple supplétif d'une trentaine d'années, se privant ainsi en grande partie du sel de la relation unissant ces deux hommes, proches générationnellement.