Bijoux de famille

B
Colin Dexter

Bijoux de famille

Royaume-Uni (1991) – 10/18 (1994)

Titre original : The Jewel That Was Ours
Traduction d'Hélène Macliar

Un groupe de retraités américains parcourant le circuit Villes historiques d'Angleterre arrive à l'hôtel Randolph d'Oxford. Le séjour dans la ville universitaire doit être marqué par la remise d'une pièce d'orfèvrerie saxonne du VIII° siècle que doit faire Mrs Laura Straton - au nom de son premier mari défunt - à l'Ashmoleum Museum et à son conservateur spécialiste des antiquités anglo-saxonnes, le Dr Theo Kemp. Hélas ! la généreuse donatrice décède dans la demi-heure suivant son installation et le bijou disparaît.

Bien qu'arrivés rapidement sur les lieux, Morse et Lewis apprennent, tant par le médecin du Randolph que par le légiste Max, que Mrs Straton est morte d'un banal infarctus. Dès lors, malgré les mensonges que certains lui ont débité en matière d'alibi, Morse se désintéresse du vol, estimant que l'arrestation d'un voleur est au-delà de ses compétences. Pourtant son intérêt va revenir dès le lendemain, lorsque l'on découvrira dans la rivière le corps nu et manifestement assassiné du Docteur Kemp.

Une jeune divorcée portée sur la bouteille va troubler les sens d'un Morse étonnamment (presque) sobre, pour une fois, dans une affaire extrêmement complexe. L'inspecteur-chef subodore un lien étroit entre le vol du bijou et le meurtre mais il n'écoute pas cette intuition et part, comme à son habitude, sur une fausse piste mettant en scène un mari jaloux. Nullement décontenancé en constatant son erreur, il persiste à multiplier les hypothèses jusqu'à revenir in fine à son intuition première.

Des indices minuscules et très bien dissimulés tout au long du récit ne permettent pas vraiment d'anticiper un final très agathachristien. Admiratif devant l'intelligence morsienne mais un peu déçu de n'avoir vraiment été que spectateur...

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2006