Mannen på taket

M
Bo Widerberg

Mannen på taket

Crime, policier, thriller – Suède (1976)

Alors qu'il se trouve à l'hôpital, le commissaire Nyman est sauvagement assassiné à l'aide d'une baïonnette. L'équipe de la Criminelle de Stockholm commence son enquête sans beaucoup d'enthousiasme car ce collègue, spécialiste du maintien de l'ordre, trainait une réputation de flic mauvais et violent.

Mannen på taket est l'exacte adaptation cinématographique de L'abominable homme de Säffle, l'un des meilleurs livres du cycle romanesque conçu par Maj Sjöwall et Per Wahlöö et connu sous le nom de Roman d'un crime.

Tout l'enjeu de cette adaptation stricte est donc, pour le spectateur qui connait le livre, de voir correctement incarnés des personnages qui lui sont familiers et, surtout, de ne pas voir trop dénaturée la charge impitoyable contre la police et, par-delà, la société suédoise, qu'est cet Abominable homme de Säffle.

Par contre, le spectateur qui ne connait pas l'œuvre de Sjöwall et Wahlöö devra accepter le rythme étonnamment lent, les personnages peu bavards et pas du tout charismatiques, l'enquête policière routinière et assez ennuyeuse, tous éléments d'origine préservés par Widerberg dans son adaptation. Question ambiance, nous sommes assez proches de ce que Baltasar Kormákur a obtenu, trente ans plus tard, pour Mýrin (Jar City), sa mise en images de la Cité des Jarres d'Arnaldur Indriðason. Heureusement pour ces spectateurs, le meurtrier n'a pas terminé son œuvre de vengeance et se transforme en tireur fou ce qui va faire basculer brutalement la deuxième partie de Mannen på taket dans de l'action et du suspense.

Parce que Sjöwall et Wahlöö étaient des auteurs militants, il est bon de reconnaître que Widerberg a préserver là aussi l'essentiel, même si la force de la dénonciation, par les hommes de la Crim, des sales habitudes du reste de la police perd de son intensité par rapport au roman. Comme souvent, y compris pour la forte tension née de l'embuscade depuis les toits, le livre se révèle beaucoup plus fort.

L'incarnation des personnages est assez satisfaisante, même si j'ai depuis longtemps donné un visage, une corpulence, une attitude à chacun des enquêteurs de la Criminelle de Stockholm. Carl-Gustaf Lindstedt est idéal dans le rôle de Martin Beck, flic désabusé, lent, patient, profond et taiseux, qui amorce à ce point du cycle romanesque une véritable prise de conscience privée et professionnelle.

Mention très bien également pour Håkan Serner qui incarne, loin de sa description physique dans le cycle, un Einar Rönn usé par les trop nombreux jours de veille. Sven Wollter (Kollberg) et Thomas Hellberg (Larsson) traduisent parfaitement ces egos qui s'affrontent en permanence mais qui savent collaborer face au danger.

Un film honorable à partir d'un très bon livre, c'est mieux que rien non ? Profitez si vous n'avez pas encore lu l'œuvre de Maj Sjöwall et Per Wahlöö, de sa réédition en cours chez Rivages.

Chroniqué par Philippe Cottet le 31/08/2008



Illustration de cette page : Carl-Gustaf Lindstedt dans le rôle de Martin Beck

Titre français : Un flic sur le toit

Studio : Svensk Filmindustri
Réalisation : Bo Widerberg
Photo : Per Källberg & Odd-Geir Sæther

Adaptation : Bo Widerberg d'après Maj Sjöwall et Per Wahlöö

Avec : Carl-Gustaf Lindstedt (Martin Beck) - Sven Wollter (Lennart Kollberg) - Thomas Hellberg (Gunvald Larsson) - Håkan Serner (Einar Rönn)

Durée : 1h50mn
Couleur